La bibliothèque de l’abbaye de Saint-Martin de Sées : les traces du travail des bibliothécaires.

Signes de récolement

Dans plusieurs manuscrits et les anciens imprimés provenant de l’abbaye de Saint-Martin de Sées un lecteur attentif repérera certainement le petit dessin mystérieux en forme de « paraphe » au verso du dernier feuillet – il est écrit avec soin, à l’encre, d’une main bien posée, en haut de la marge de gauche. Notons, qu’il est accolé à un signe cruciforme de nature similaire qui est plus ancien.

Paraphe de récolement. Biblia latina. Add. Menardus Monachus, Nuremberg, Anton Koberger, 10.XI. 1478, BM Alençon, Inc. 26-I, 26-II (détail).

Dans certains cas nous pouvons juste deviner sa présence, parce qu’il a été supprimé, gratté ou même rogné.

Paraphe de récolement et ex-libris gratté. Biblia latina. Add. Menardus Monachus, Nuremberg, Anton Koberger, 10.XI. 1478, BM Alençon, Inc. 26-I, 26-II.

Le secret du petit « paraphe » se révèle si nous comparons plusieurs cas : il s’agit d’un signe de récolement fait par un bibliothécaire de l’abbaye. Le « paraphe » apparaît systématiquement accompagné de l’ex-libris de la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Martin de Sées, écrit dans la marge inférieure de la même page (ce dernier est parfois lavé et n’est visible qu’à la lampe de Wood) ; le même ex-libris se voit aussi souvent au recto du premier feuillet.

L’ensemble paraphe + ex-libris semble dater de la fin de l’époque médiévale.

Paraphe de récolement et l’ex-libris. AUGUSTINUS, Enarrationes in Psalmos, XI-XIIe siècle, f. 253v. Sées, Archives diocésaines, 8 (T. f. 15). Voir le facsimilé complet: Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux

Vers le moment du passage du XVe au XVIe siècle, la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Martin de Sées a dû se remettre des tempêtes de la guerre de Cent Ans et a voulu s’enrichir avec des imprimés qui, à cette époque, arrivent en masse sur le marché du livre en provenance d’ateliers français, italiens et allemands. Nous ne connaissons pas le nombre total (même approximatif) des livres conservés à la bibliothèque de l’abbaye au tournant des XVe – XVIe siècles, mais d’après le nombre de manuscrits, d’incunables et de post-incunables subsistants provenant de cette abbaye, nous pourrions nous imaginer un fonds d’une centaine d’unités.

Cette campagne de récolement peut être datée avec une certaine précision grâce aux imprimés. Leur étude systématique a permis de relever le terminus post quem de la campagne : le livre le plus récent marqué du petit « paraphe » et de l’ex-libris « Liber Sancti Martini Sagiensis » est un exemplaire de l’édition In quatuor Euangelia expositiones luculentae… de John Major parue chez Josse Bade à Paris le 19 juin 1529 (HPB GB-UkOxU.01.013095169). Ce constat nous permet de situer la campagne de récolement de la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Martin vers la deuxième moitié de 1529, malgré l’apparence archaïque de l’écriture de l’ex-libris. Celle-ci pourrait nous mettre sur la piste d’un bibliothécaire « vieille école », qui reste encore à identifier…

Un lien avec la campagne de reliure effectuée dans les années 1520 est fort possible (voir Guy Lanoë, « L’apport de l’analyse des reliures (1470-1530) à l’histoire des bibliothèques », dans Le berceau du livre imprimé: autour des incunables. Actes des Rencontres Marie Pellechet, 22-24 septembre 1997 et des journées d’étude des 29 et 30 septembre 2005 , éd. P. Aquilon et Th. Claerr, Turnhout, 2010, p. 199-210, ici p. 201), question que nous allons aborder très prochainement.

À suivre : L’ex-libris de la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Martin de Sées à travers les siècles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.